[J7] Привет и добро пожаловать в Россию !

Autrement dit, bonjour et bienvenue en Russie ! (ou "Priviet i dobra pajalovat v Rossiyi" avec mon fort accent).

Ce matin, vers 6h30, notre navire a jeté l’ancre dans le port de Санкт-Петербург (Saint-Pétersbourg pour les francophones). On a vu notre Pénélope avec un sourire jusqu’aux oreilles au petit-déjeuner, car c’est dans sa ville natale que nous allons passer les 2 prochaines journées ! Impossible de se lancer à la découverte d’un pays continent, comme la Russie, en seulement 2 journées et 1 nuit mais rien que l’évocation du nom de Saint-Pétersbourg promet déjà beaucoup et l’intégralité de notre groupe avait hâte d’arpenter les rues et de visiter les grands monuments de cette ancienne ville impériale.

st-petersburg-4821523_1920.jpg
Entrée d'un bateau de croisière dans le port de Saint-Pétersbourg

Saint-Pétersbourg est par sa population la deuxième plus grande ville de Russie, après Москва (Mouscou). Mais savez-vous que Санкт-Петербург ne s’est pas toujours appelée Санкт-Петербург ? La ville de Saint-Pétersbourg a été fondée en 1703 par le tsar Pierre le Grand et a en effet changé plusieurs fois de nom au cours de son histoire : elle a été rebaptisée Pétrograd (Петроград ; "la ville de Pierre") de 1914 à 1924, puis Léningrad (Ленинград ; "la ville de Lénine") de 1924 à 1991, avant de retrouver son nom d'origine à la suite d'un référendum en 1991, après la chute de l’URSS. Mais attention, Saint-Pétersbourg ne doit pas son nom à son fondateur, mais à l'apôtre Pierre. La ville est familièrement connue par ses habitants sous le diminutif de "Piter".

Lorsque le tsar Pierre le Grand arrive au pouvoir à la fin du 17ème siècle, la Russie est un pays ancré dans les traditions religieuses et dépourvu d’universités ainsi que d’une marine militaire. Afin de moderniser le pays, de l’ouvrir sur l’Europe et de mieux le défendre, Pierre le Grand décide de fonder Saint-Pétersbourg et d’en faire la capitale de l’empire russe en 1706, à la place de Moscou qui l’était jusqu’alors (Moscou redeviendra la capitale, cette fois de l’Union soviétique, en 1924 à la mort de Lénine). Par cette décision, Pierre le Grand souhaitait que la nouvelle capitale russe soit une ville moderne, ouverte sur l’Europe et disposant d’un port permettant de créer une marine de guerre et de commercer facilement avec les pays européens. Saint-Pétersbourg se trouve au bout du golfe de Finlande et est ouverte sur la mer Baltique.

On le devine, Saint-Pétersbourg a donc beaucoup compté dans l’histoire de la Russie. Plusieurs révolutions y ont notamment éclaté. Celle de 1905 par exemple, lors de laquelle la population dénonça l’archaïsme du régime politique centré autour du tsar Nicolas II tout puissant et demanda plus de droits civiques (libertés de culte, de parole, de réunion, d'association, introduction du suffrage universel, etc.). L’armée la réprima brutalement en n’hésitant pas à tirer sur la foule lors du "dimanche rouge", le 9 janvier 1905. Finalement, Nicolas II signa en octobre 1905 un manifeste, précurseur de la première constitution russe de 1906, qui allait dans le sens des demandes de la population. Mais, en réalité, cela n'a pas entraîné un accroissement significatif des libertés ou de la représentation politique de la population. Le tsar resta tout puissant.

La révolution de février 1917 éclata également à Saint-Pétersbourg. En raison de la guerre et de la situation économique du pays, des mouvements de grève apparaissent dès le début de l’année 1917 ; ils seront suivis d’une insurrection. Cette fois, la révolution entraîna l’abdication du tsar Nicolas II et la fin de l'empire russe. Dans la même année, la révolution d’octobre, qui débuta de nouveau à Saint-Pétersbourg, entraina l’instauration d’un régime communiste. L’Union des républiques socialistes soviétiques, URSS (ou "CCCP" dans l’alphabet cyrillique utilisé par la langue russe, ce qui se lit "SSSR" en alphabet latin), vit le jour par la suite en 1922.

Aujourd’hui, nous nous sommes baladés dans les rues de Saint-Pétersbourg. C’était particulièrement émouvant de les parcourir, en repensant à toute cette histoire qu’elles ont connue. Au grand plaisir de Patrick, Pénélope nous a fait découvrir l’architecture unique de sa ville natale. C’est un mélange de styles baroque et néoclassique, très souvent d’influence italienne. Les canaux bordés de très beaux palais ont valu à "Piter" le surnom de "Venise de la Baltique". Pour toutes ces raisons, la ville est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1990.

st-petersburg-3714288_1920.jpg
Un canal bordé de palais dans la ville de Saint-Pétersbourg

Au cours de notre balade, nous avons notamment pris le temps de visiter la cathédrale orthodoxe Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé. Elle a été construite entre 1883 et 1907, à l’endroit où le tsar Alexandre II a été assassiné le 1er mars 1881. C’est d’ailleurs de cet assassinat qu’elle tire son nom ("sur-le-Sang-Versé"). L’intérieur du bâtiment est intégralement recouvert de mosaïques, aussi bien les murs que les plafonds. C’est incroyable ! Le titre de cathédrale est un peu trompeur, car elle n’a jamais vraiment été un lieu de culte, puisqu'elle était à sa construction exclusivement dédiée à la mémoire du tsar assassiné.

st-petersburg-russia-3747214_1920.jpg
La cathédrale orthodoxe Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé

church-3730222_1920.jpg
L'intérieur de la cathédrale est (très) richement décoré

Après un déjeuner typiquement russe dans un très bon restaurant du centre-ville, nous nous sommes dirigés nos ventres pleins vers le musée de l’Ermitage. C’est l’un des 3 plus grands musées du monde, avec le Louvre à Paris et le "Met" (Metropolitan Museum) à New York (APF Évasion était à New York en août 2017 : voir le site). Comme le Louvre était l’ancien palais des rois de France entre 1190 et 1678, l’Ermitage est l’ancien palais d’hiver qui était la résidence officielle des tsars entre 1732 et 1917. C’est impossible de parcourir les 66 000 m2 du musée consacrés aux expositions (soit la surface de près de 10 terrains de football) en une seule après-midi. Il a donc fallu faire un choix et nous avons décidé de découvrir une partie de la collection des peintures du musée, qui est la plus grande collection du monde, avec plus de 16 000 toiles ! Aux côtés des peintres russes, nous avons également pu contempler les œuvres de peintres européens : de Vinci, Rembrandt, Rubens, Matisse, Gauguin et Picasso ont ainsi jalonné notre visite.

st-petersburg-209948_1920.jpg
L'entrée de l'ancien palais d'hiver des tsars ; aujourd'hui, le musée de l’Ermitage

hermitage-1943907_1920.jpg
L'intérieur du musée de l'Ermitage

russia-1381258_1920.jpg
L'intérieur du musée de l'Ermitage

Au bout de presque 3 heures de visite, c’est avec des toiles plein les yeux que nous avons rejoint le bateau pour notre nuit russe. Cette nuit, nous resterons à quai et reprendrons notre découverte de Saint-Pétersbourg dès demain matin. Alors, vivement demain !

[AVERTISSEMENT] En raison de la situation sanitaire liée à la Covid-19, le séjour-croisière APF Évasion 2020 à destination des capitales de la mer Baltique et de Saint-Pétersbourg a été annulé. Ainsi, au lieu de vivre le séjour à bord et en mer, je vous propose de le vivre en ligne ici, au rythme des escales qui étaient initialement prévues. Ce cybercarnet/blog vous raconte les vacances intégralement imaginées d'un groupe composé de 8 vacanciers et de 8 accompagnateurs bénévoles à bord du navire "Sky Princess"... comme si vous y étiez ! Bonne lecture.

Commentaires

  • Joli!!

  • Magnifique ville en effet : ses monuments, ses couleurs , son folklore et sa gastronomie typique...
    De beaux et bons moments, sous l’emprise du passé et de la riche histoire de ce pays .
    Et à demain pour de nouvelles aventures !

  • C'est malin, hier soir j'ai voulu faire la maligne et goûter à la vodka... C'est pas la grande forme aujourd'hui ! Bah, ça ira mieux demain :-)

  • C’est du propre Frédérique, je te croyais plus sérieuse..... Promis, si nous retravaillons ensemble , JE TE SURVEILLE......

  • Moi sérieuse ? Jamais ! Ah,ah !

Les commentaires sont fermés.