[J11] 3ème journée en mer et dernière journée à bord.

Voici venue notre dernière journée en mer, notre dernière journée à bord.

Aujourd’hui, chacun a décidé de vaquer à ses occupations afin de profiter pleinement de notre dernière journée de croisière. Demain, ce sera l’heure du retour à la terre ferme. Grasse matinée, petit-déjeuner gargantuesque, piscine ou bain à bulles, promenade sur les ponts du bateau, derniers achats dans les boutiques, spectacle ou encore visite de l’exposition du bord : il y en a eu pour tous les goûts !

Adeline, Laura, Laurence, Scampi (côté filles) et Gwenaël, Irvin, Jacques et Victor (côté garçons) ont choisi de répondre à l’invitation que le commandant nous avait faite lors de la soirée de gala et d’aller lui rendre visite sur la passerelle. Ils avaient rendez-vous tous les 8 à 13h30 et, croyez-moi ou pas, mais Irvin et Victor ont insisté pour que tout le groupe soit prêt dès 13h15 ! Nos 2 anciens capitaines ne voulaient pas arriver en retard, car "se poser un tüte, ça ne se fait pas entre marins" nous a dit Irvin. "Un tüte ?" ont demandé Scampi et Gwenaël interrogateurs. "Oui, un tüte" a répondu Victor en fronçant les sourcils. Car, voyez-vous, prononcer le mot "lapin" à bord d’un navire porte malheur.

La superstition est ancienne et remonte à l’époque où les marins emportaient des animaux vivants, dont des lapins, afin de les manger lors des longues traversées. Parfois, les lapins s’échappaient et commençaient alors à ronger les cordages qui tenaient la cargaison dans les soutes ou bien le chanvre qui était utilisé pour étancher les trous entre les planches de la coque des bateaux. Le risque était que les lapins finissent par déstabiliser le navire ou par créer des voies d’eau… et donc par conduire l'équipage au naufrage (je pense que vous regarderez maintenant différemment un lapin la prochaine fois que vous en verrez un). Depuis, monter sur un bateau avec un lapin ou simplement prononcer le nom de cet animal en mer est rigoureusement interdit… sous peine de finir la traversée à la nage. Prenez garde, vous avez été prévenu.e !

no_lapin.jpg
C'est interdit aux lapins de monter à bord (oui, je sais, c'est injuste, mais c'est comme ça !)

Grâce à la ponctualité de tout le monde, le groupe a pu se présenter à 13h30 tapantes à la cabine du commandant. Avec lui, nous avons rejoint la passerelle, c'est-à-dire le poste de pilotage du bateau, qui se trouve tout en haut, en haut, en haut, à environ 60 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le commandant nous a fait rencontrer l’équipage de garde et nous a expliqué le rôle de chacun. Laura, Scampi et Gwenaël ont même pu mettre les mains sur la barre et donc guider le navire avec ses 3 660 passagers et 1 346 membres d’équipage pendant quelques secondes (Laurence et Jacques ont alors fermé les yeux pour ne pas regarder ; la peur sans doute).

ship-894814_1920.jpg
La passerelle (le poste de pilotage) d'un navire

Depuis la passerelle, le groupe a aussi pu admirer la grande île suédoise de Gotland que le Sky Princess a contourné par la droite, offrant ainsi une superbe vue sur les falaises de la côte ouest de l’île. L’île n’est pas bien haute (son point culminant ne dépasse pas les 90 mètres), mais les falaises n’en restent pas moins impressionnantes.

L’érosion découpe dans les falaises ce que les suédois nomment des "raukar" (ou "rauk" au singulier) ; terme qui désigne les éperons rocheux détachés ou en voie de détachement du littoral. Ce sont par exemple les aiguilles et les arches que l’on peut aussi voir le long des côtes françaises, comme à Étretat en Normandie. Mais à Gotland, les raukar ne dépassent pas la dizaine de mètres de haut et il est donc plus facile de les observer de la passerelle en utilisant les jumelles du commandant. Fin observateur, Gwenaël en a conclu que l’Arsène Lupin suédois aurait eu bien du mal à cacher son trésor dans l’un des raukar de l’île de Gotland ! Le commandant, qui n’est pas français, n’a pas compris la référence au personnage de Maurice Leblanc et il a donc fallu la lui expliquer. Tout le monde a bien rigolé… encore une fois grâce à Gwenaël :)

sea-stack-2644226_1920.jpg
Des raukar, vus du rivage, au coucher du soleil

Après la visite, le groupe a remercié le commandant et tout l’équipage présent sur la passerelle en leur souhaitant une bonne suite de voyage. Nous, nous quitterons le navire demain, mais eux resteront à bord pour poursuivre le voyage.

Il était alors temps de rejoindre le reste de notre groupe au bar de la piscine, afin de profiter d'une boisson et d'une glace et, surtout surtout, de choisir dans quel restaurant du bord nous allions bien pouvoir dîner ce soir...

[AVERTISSEMENT] En raison de la situation sanitaire liée à la Covid-19, le séjour-croisière APF Évasion 2020 à destination des capitales de la mer Baltique et de Saint-Pétersbourg a été annulé. Ainsi, au lieu de vivre le séjour à bord et en mer, je vous propose de le vivre en ligne ici, au rythme des escales qui étaient initialement prévues. Ce cybercarnet/blog vous raconte les vacances intégralement imaginées d'un groupe composé de 8 vacanciers et de 8 accompagnateurs bénévoles à bord du navire "Sky Princess"... comme si vous y étiez ! Bonne lecture.

Commentaires

  • :-)

  • Une excellente fin de croisière en effet et surtout les prémices d’un beau voyage à venir ?
    Quelques souvenirs remontent de nos vacanciers à la barre , cela n’est pas si vieux ! Un fabuleux moment de joie pour eux

Les commentaires sont fermés.